Interview

Vendredi 30 avril 2010 5 30 /04 /Avr /2010 13:44
- Publié dans : Interview

logo_rumeursarchi.jpg Tous les jeudi, la Maison Régionale de l'Architecture avec Euradionantes présente "RUMEURS D'ARCHI" à 20h et nous parle de l'Architecture européenne à travers des interviews notamment.

Ici Blandine Chavanne, directrice du Musée des Beaux-Arts et Patrick Richard, de l'agence britannique Stanton Williams, laureat du projet d'extension du Musée des Beaux-Arts, (*), sont donc interrogés exprimant les nécessités d'extension du musée, les contraintes comme les objectifs voulus de modernisation et de "nouvelle" ouverture au public, le concours lié à cette extension, la philosophie de l'agence lauréate, celle de Blandine Chavanne et de son équipe pour le lieu, et plus largement sur l'architecture.

 

"Cette extension (*) verra sa surface augmenter de 5 800 mètres carrés, dont 2 500 pour les expositions. (auditorium également, salles pour des écoles...) et verra sa première ouverture à la rentrée 2013.

Le musée des Beaux-Arts de Nantes, qui fait partie des cinq grands musées régionaux (avec ceux de Toulouse, Lyon, Bordeaux et Lille) est devenu trop étroit et vétuste : l'objectif est donc de le réhabiliter pour en faire en 2013 un grand musée d'art.
La municipalité nantaise espère ainsi mettre en valeur la richesse des collections du musée, et ainsi y attirer encore plus de visiteurs de Nantes et sa région, mais aussi du reste de la France et de l'étranger." - (http://www.nantes-info.fr/actualites/culture/extension-musee-beaux-arts-nantes--179.php)

 

Interview par Hubert Dubois, architecte et animateur de Rumeurs d'Archi à écouter ici : L'extension du Musée des Beaux-Arts de Nantes

 

Projet dont vous trouverez la maquette en présentation à l'accueil du Musée. 

 

 

                      archiMusee.jpg

Mercredi 6 janvier 2010 3 06 /01 /Jan /2010 13:37
- Publié dans : Interview

                                    4.jpg


Avec près de 150 adhérents (*) et sa première année d'existence passée, l'espace 4 rue Kleber et leurs 2 principales fondatrices réussissent un premier pari : celui d'avoir réussi à animer ce lieu d'expositions très diverses, d'avoir été suivies par des artistes qui ont cru en elles, de varier les styles, et surtout d'en faire un espace de rencontres et d'échanges, un espace dans lequel on se sent bien.

 

Restée pour interviewer Corinne Lebriquir, je suis partie 2 heures plus tard interrompue par la venue de Marie-Hélène Amilien, vivante et spontanée, bavarde rapide et décidée, puis de Mathieu Cherkit croisé dans le couloir d'entrée, plus posé mais tout aussi vif, ayant un avis sur à peu près tout ce qui fait notre société.

Les 2 passaient comme cela. Je me suis régalée puis je m'éclipsais avant qu'une autre personnalité ne se présente et ne me mette, de ce fait, encore plus en retard.

 

Après une carrière au rectorat de Nantes, puis un passage dans la reliure, 10 années de cours d'Histoire de l'Art, voilà qu'un lieu, ce lieu rue Kleber, éveille chez Corinne Lebriquir le désir d'un espace où serait montré des artistes mais aussi dans lequel des rencontres autour d'autres événements pourraient se faire, bien qu'elle tienne surtout à présenter un artiste et une oeuvre "un vrai travail. Rester centrées sur cela". 

Son associée aurait des idées allant jusqu'à des manifestations incluant l'édition, la mode ou des ventes diverses mais sur ce point leurs avis divergent, bien que pour l'exposition de Marie-Hélène Amilien, diverses rencontres musicales et tournant autour du conte aient eu lieu les dimanches après-midi.

 

 "En revanche, la possibilité d'un projet incluant de jeunes enfants et l'Art, peut-être ? J'y réfléchis". 

 

En fait, elles sont 2, deux à choisir ensemble qui sera exposé et à alterner leur présence chaque jour de la semaine. Deux (ou quatre ?) à avoir décidé d'en faire un lieu différent et surtout vivant, un lieu de rencontres physiquement modulable selon l'exposition : "Marie-Hélène a investit l'espace en pensant à comment répartir ses oeuvres selon les volumes qu'elle a reconstruit, mais d'autres nous laisseront décider pour eux. Nous accompagnons les artistes mais je ne veux pas empiéter sur leur vision des choses."

 

Quant au terme de terme de "galériste", il la gène un peu : 

 

"Je ne tiens pas à être une concurrente. Ils font bien leur travail et je n'ai pas à faire face aux mêmes soucis matériels qu'eux. L'espace nous est prêté même si nous avons du réaliser beaucoup de travaux pour en arriver à ce qu'il est maintenant. (...) Mais je ne souhaite pas avoir "d'image" comme une galerie peut avoir. Ce qui m'intéresse est plus de varier les styles, de montrer des choses inattendues. Parfois nous donnons aussi l'occasion à de jeunes artistes d'être exposés. Des artistes sortis des Beaux-Arts par exemple qui n'ont pas encore bénéficié d'espace d'exposition personnelle. Une autre fois nous avons prêté l'espace à un collectif dans le cadre de la quinzaine photographique nantaise. Ils ont fait leur accrochage comme ils le désiraient, nous les avons laissés libres."

 

"Le Quatre est une association nantaise qui accueille des artistes, des idées et des compétences. " nous introduit le blog de l'association.

 

 

C'est donc avec chaleur et après avoir malencontreusement renversé mon grand café offert au bar que je quitte ce lieu dans lequel je vous invite à vous rendre si vous ne le connaissez pas. Tout près du Muséum d'Histoires Naturelles et ouvert tous les jours du mardi au samedi de 14h30 à 19h et parfois le dimanche avec les artistes exposants présents.

 

LE QUATRE - 4 rue Kleber à Nantes - http://lequatre.asso.over-blog.com/

(*)Association - Y adhérer à l'année pour soutenir leur démarche : 18 euros une personne seule - 25 euros pour un couple.